Engageons la Savoie dans la transition écologique

Oeuvrons pour un territoire accueillant, protecteur et solidaire

Soutenons l'éducation, la culture, le sport

Construisons une collectivité départementale transparente et démocratique

ENGAGEONS LA SAVOIE DANS LA TRANSITION ECOLOGIQUE ET CONTRE LE DEREGLEMENT CLIMATIQUE : l'Humain fait partie de la Nature

Désormais, il nous faut réconcilier la Nature et les humains. Ils sont trop broyés par la vitesse et la recherche de profits immédiats au bénéfice de quelques-uns. En réalité, lorsque nous détruisons la nature, nous détruisons l’humain, et ce sont toujours les plus fragiles les premières victimes. Défendre la nature, c’est protéger les humains. Et inversement, lorsque nous, humains, défendons la Nature, nous sommes la Nature qui se défend.

Nous voulons réhabiliter le travail, comme contribution personnelle à la marche du monde, comme source d’épanouissement personnel et de revenu équitable

Le travail, c’est, fondamentalement l’énergie que les humains mettent dans leurs activités quelles qu’elles soient : professionnelles, familiales, militantes, culturelles… … L’effort de s’engager dans la transition écologique est créateur d’activités, de liens, de richesses, de santé ; Il produit du travail positif pour lequel nous sommes fiers de nous lever le matin. Travailler mieux, travailler pour réparer la planète, c’est une chance pour nos territoires !

Nous voulons que l’enrichissement ne soit plus financier mais naturel, culturel, humain, environnemental, social… et partagé entre tous.

C’est à cette condition que nous laisserons à nos enfants une Savoie dont nous pourrons être fiers, collectivement et individuellement.

Nous aurons alors dépassé les grands discours jamais suivis d’effets. Et, enfin, le Conseil Départemental se sera relevé les manches. Nous le ferons avec ceux qui veulent le bonheur de tous et pas uniquement le bonheur de certains.
UN DÉPARTEMENT QUI IMPULSE, STIMULE ET QUI APPORTE ENFIN DES RESSOURCES POUR LE CHANGEMENT

1- Engager un grand plan départemental pour économiser et protéger l’eau, l’énergie, l’air, l’espace…. Et mobiliser les acteurs :

  • Viser l’exemplarité en matière d’écoresponsabilité dans la gestion du Département au quotidien :

    • Isoler progressivement le demi-million de m2 de bati de la collectivité selon un plan pluriannuel précis
    • Lancer une dynamique ambitieuse de collèges écoresponsables en énergie (isolation), en production d’énergie renouvelable (solaire, éolien), en récupération d’eau, en gestion des espaces verts…. en faisant de cette écoresponsabilité un enjeu pédagogique pour mobiliser les collégiens. Pour ce faire, créer et contribuer à l’animation de clubs écocitoyens dotés de moyens au sein des collèges.
    • Réduire l’éclairage public sur son propre patrimoine (nombre de points lumineux, extinction nocturne, led).
    • Sensibiliser les usagers et les personnels de ses bâtiments à des pratiques économes en énergie (chauffage, éclairage, déchets…).
  • Soutenir les communes et les partenaires :

    • Accompagner, par des moyens et de l’ingénierie spécialisée, les projets des territoires (collectivités, intercommunalités,…) et des partenaires privilégiés (médico-social, éducation populaire, économie sociale et solidaire, Offices de tourisme, organismes culturels…) pour définir et mettre en œuvre leurs démarches visant la transition écologique (exemple : apporter de l’ingénierie à une commune pour l’aider à rendre sa cantine scolaire 100% bio et local / Aider une coopérative à dimensionner le volume d’une centrale photovoltaïque sur son toit / Étudier avec un IME comment il peut récupérer l’eau de toiture pour économiser son budget Eau et lancer un potager/ Aider une communauté de communes à concevoir et mettre en place un dispositif de transport doux couplés à des transports collectifs pour accéder aux sites touristiques / Aider un syndicat intercommunal à mettre en place une tarification sociale de l’eau et/ou une gouvernance partagée …)
    • Augmenter fortement l’aide aux bailleurs sociaux pour l’isolation des logements des personnes qui en ont le plus besoin (précarité énergétique)
  • Conditionner les aides du Département aux entreprises, aux collectivités et aux structures consulaires, ainsi que les marchés publics du Département avec des critères d’écoresponsabilité  : qualité de l’air, mise en place de plans de déplacement, gestion écologique des biodéchets, recyclage, amélioration de la qualité de vie au travail, réduction du transport de marchandises, relocalisation et partenariats locaux…
  • Agir avec la Région et l’État dont c’est la compétence, pour enfin multiplier le nombre de camions sur les trains pour le transport de marchandise tant que la ligne existante du ferroutage n’est pas saturée afin de réduire la pollution des 2000 camions qui seront bientôt détournés, chaque jour, du Tunnel du Mont Blanc vers le Tunnel du Fréjus. Pour réussir ce transfert modal, refuser l’ouverture des camions au 2ème tube du tunnel autoroutier du Fréjus (prévue dans 18 mois environ) et interdire la circulation des camions sur les départementales qui en permettent l’accès.
  • Favoriser les transports doux et/ou collectifs du quotidien

    • En privilégiant le vélo (à l’instar d’autres départements pour qui le vélo constitue désormais le 1er poste d’investissement dans les transports), les TER, le co voiturage, et l’autopartage pour les zones de relief.
    • En sécurisant les axes routiers (départementales) les plus partagés par les modes doux (vélo, piétons…)
    • En participant aux cotés de la région à constituer un RER de Modane à Albens et Le Pont de Beauvoisin (avec des fréquences variables selon le territoire et des arrêts plus nombreux)
  • Orienter les actions du Département autour du Plan Climat Territorial Air Energie qu’il faut rendre plus ambitieux, avec des objectifs cohérents au regard des engagements nationaux et européens et des responsabilités de notre territoire, avec un calendrier et des bilans réguliers, avec des indicateurs et une comptabilité publique « verte »
  • Mettre en place un Schéma départemental de gestion des déchets qui limite la production de déchets et maximise la réutilisation et le recyclage local. Aider les entreprises et intercommunalités à assumer l’obligation de traiter les biodéchets dès 2022 et 2024 en favorisant les solutions de proximité productrices d’amendements, d’énergie et d’engrais pour l’agriculture savoyarde.
UN DÉPARTEMENT QUI CHANGE LA DONNE DU TOURISME

2- Faire de la Savoie, le territoire leader de l’Accueil touristique responsable, écologique, éducatif et engagé :

  • Engager avec l’Etat, la Région et l’Union Européenne, un grand programme de transfert modal des touristes de leur voiture sur le train et le car afin de mettre un terme aux congestions des routes de Savoie tous les week-ends d’hiver, faciliter la vie des savoyards et réduire la pollution de l’air. Favoriser également le transfert modal de l’aérien sur le train.
  • Définir et mettre en œuvre un Schéma de développement touristique ambitieux privilégiant :
    • L’équilibre entre tous les territoires touristiques (périmètre neige, moyenne montagne, tourisme rural, tourisme urbain, …)
    • La diversification du tourisme et l’accompagnement de la reconversion des stations de basse altitude vers un tourisme de santé, de bien-être, de découverte, de rencontres et de nature douce.
    • Le tourisme solidaire, les classes de lac et de montagne, les classes vertes et rousses, et en faire des leviers de pédagogie et d’éducation citoyenne et populaire pour adultes et scolaires.
  • Mettre un coup d’arrêt à la fuite en avant inconsciente des grands domaines skiables en supprimant les subventions aux investissements non écologiques. Accompagner les stations à faire des liaisons entre elles par les vallées plutôt que par les sommets afin d’arrêter de consommer des espaces préservés.
  • Mettre en œuvre un Plan départemental de « Transition Collective », (dispositif national du plan de relance, inspiré des Contrats d’études prospectives à associer avec les « conventions d’objectifs » que le Conseil régional négocie avec les branches économiques), permettant aux salariés du tourisme d’hiver de se recycler dans d’autres activités que le ski alpin.
  • Conditionner les subventions aux événements touristiques à des critères d’écoresponsabilités et d’engagements sociétaux.
UN DÉPARTEMENT QUI DIT STOP À LA MALBOUFFE ET AU GASPILLAGE ALIMENTAIRE

3- Améliorer les capacités et les revenus de l’agriculture locale pour mieux nourrir les savoyards, réduire le diabète qui explose et garantir une meilleure santé naturelle

  • Faire du « mieux manger local » et des circuits courts, le principal levier de développement agricole de la Savoie au travers d’un Plan Alimentaire et Agricole Territorial (PAAT) ambitieux. Avec un suivi saison par saison, concerté avec tous les acteurs : agriculteurs, syndicats, filières de l’agroalimentaire, professionnels de la santé, restaurations collective et commerciale, associations, élus, citoyens …
  • Proposer un maximum de bio et de local dans toutes les cantines des collèges, les crèches et les EHPAD comme premier axe de ce Plan Alimentaire et Agricole Territorial
  • Intégrer à ce Plan Alimentaire et Agricole Territorial une réflexion prospective (et si possible des tests) en vue de construire une « Sécurité Sociale de l’Alimentation ».
  • Accompagner les agriculteurs, au travers notamment d’un partenariat quantifié et concret avec la Chambre d’agriculture, dans la production d’aliments sains, vers la sortie des produits phytopharmaceutiques de synthèse, la mise en œuvre de pratiques plus économes en eau, la diversification et la transformation de leur produits pour améliorer leur revenu, rendre leur ferme plus résiliente, mieux satisfaire les besoins locaux et apporter la santé par l’alimentation.
  • Protéger et sacraliser les terres agricoles en mettant en place des « Périmètres de protection et de mise en valeur des espaces agricoles et naturels » (PAEN), en intervenant sur les terres non cultivées et en s’inscrivant dans l’objectif national « Zéro Artificialisation Nette ».
UN DEPARTEMENT QUI PROTEGE

4- Mieux protéger les populations des risques d’effondrement naturels, climatiques, industriels et sanitaires pour éviter les pagailles de la crise du Covid et mieux résister à d’autres catastrophes possibles (pandémie, inondation, canicule, accident ferroviaire, industriel ou nucléaire…)

  • Mettre à jour le Document départemental des risques majeurs (DDRM) en intégrant les risques sous évalués (comme les risques que font peser la centrale du Bugey, l’effondrement de massifs karstiques, la rupture de certains barrages…)
  • Aider chaque commune à mettre en œuvre (ou mettre à jour) son Plan Communal de protection des populations (dit Plan Communal de Sauvegarde) et son DICRIM (Document d’information communal sur les risques majeurs) en intégrant les risques non pris en compte ce jour et en s’appuyant sur les capacités citoyennes de mobilisation (dont on a constaté l’efficacité durant la crise de la Covid)
  • Valoriser le travail du Service Départemental de lutte contre les Incendies et de Secours (SDIS-Pompiers) et faire émerger une culture du risque et de la prévention en apportant un soutien aux activités bénévoles de secours et en mobilisant les jeunes sur ces formes de citoyenneté.

5- Mieux protéger la biodiversité sauvage et domestique pour garantir une résistance plus durable aux aléas climatiques, aux maladies

  • Réduire la consommation de foncier naturel et agricole pour les besoins du département (bâtiments, équipements, routes…),
  • Sensibiliser les collégiens à la préservation de la biodiversité,
  • Travailler avec les filières agricoles pour diversifier les variétés et les espèces,
  • Accompagner les Parcs Naturels Régionaux (Bauges et Chartreuse), le Parc National de la Vanoise, les Réserves Naturelles dans leur double mission de protection des ressources locales et de valorisation au profit de tous.
UN DEPARTEMENT QUI VALORISE SON POTENTIEL ECONOMIQUE AUTOUR DE L’ECOLOGIE

6- Inciter et stimuler une dynamique économique industrielle et artisanale avec les filières qui jouent le jeu des partenariats entre elles, avec les territoires de Savoie, avec la Région qui en a la compétence, dans le cadre d’une Euro-région-Alpine solidaire visant à mieux appliquer la Convention Alpine et à préserver les Alpes

  • Soutenir les filières artisanales et industrielles indispensables à la transition écologique (exemple : filière du silicium, agro-alimentaire de qualité, hydro-électricité avec le maintien d’une forme de statut public de « bien commun », structuration de la filière bois pour une utilisation du bois en circuits courts et locaux, filière du bâtiment impliquée dans la transition énergétique…)
  • Accompagner la reconversion des activités économiques sans avenir ou sans utilité écologique et sociale
  • Favoriser la relocalisation des activités économiques en Savoie : ré-implantation locale d’entreprises qui souhaitent revenir ; création de services locaux d’entretien et réparation ; recyclage local de certains matériaux issus des filières industrielles, agro-alimentaires, touristiques ; circuits courts de l’énergie….